7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 16:36

La Société d'Horticulture du Bas-Léon (SHBL) invitait, hier, ses adhérents, a une analyse du pH de leur sol, à la  Maison Familiale de Plabennec.

Ils ont répondu très nombreux et nous les en remercions. 

Importance du pH

Le pH (potentiel Hydrogène) exprime le degré d'acidité ou d'alcalinité du sol.

Le pH agit indirectement sur le développement des végétaux.

Les sols calcaires atteignent un pH de 9.5 et plus.
Les sols acides : possibilité d'un pH de 4 et moins.

Valeur varie de 1 à 14

1 correspond aux acides et 14 aux bases (soude caustique), 7 : neutralité.

On classe les sols comme suit :
4 à 4.5 : très fortement acide
4.6 à 5.5 : fortement acide
5.6 à 6.5 : acide
6.6 à 6.8 : légèrement acide
6.9 à 7.1 : neutre
7.2 à 7.4 : légèrement alcalin (ou calcaire)
7.5 à 8.5 : alcalin (ou calcaire)
8.6 à 9 : fortement alcalin (ou calcaire).

En horticulture, les coefficients se situent entre 4 et 9 :
Plantes calcifuges ou calciphobes : pH inférieur à 5, (Ajonc d'Europe, bruyères, etc).
Plantes basicoles : pH de 5 à 7.

Plantes neutrophiles : proche d'un pH 7.

Plantes basiphiles, basophiles, calcicoles ou calciphiles : pH supérieur à 7, (If, mouron rouge, etc).

La vie microbienne est au meilleur de son développement en pH 6.5.

Dans notre région de Bretagne, les sols sont, généralement, silico-argileux et acides.
Les sols s'acidifient naturellement, d'où la nécessité d'apporter des corrections.
On peut donc, suivant les cultures que l'on désire faire, apporter des améliorations au sol mais on ne pourra pas changer son pH qui dépend de la géologie.

Terre trop acide

Si la terre est trop acide, on cherchera à augmenter le pH avec des scories, du goémon, du sable de rivière, de la cendre de bois, des amendements calciques pour 1.500kg de CaO pour 10 m2, soit 1500kg/ha.

Terre trop calcaire

Si la terre est trop calcaire, on cherchera à baisser le pH par des apports de tourbe, de terre de bruyère, de terreau de feuilles, par la culture d'engrais verts de crucifères.

Un pH trop bas, sol acide, se traduit par une mauvaise assimilation des différents éléments minéraux :
N P K + oligoéléments.
Les conséquences sont les suivantes :
Chlorose du feuillage,
Mauvaise mise à bouton,
Faible fertilité,
Incidence sur certaines maladies, ex. hernie du chou-fleur.
Plantes témoins en sol acide : mousses, oseilles, digitales, fougères.

Un pH trop élevé, sol calcaire, limite le nombre d'espèces à cultiver.
Un excès de chaulage peut entraîner des blocages d'oligoéléments, ex. : manganèse et fer.
Plantes témoins en sol calcaire : prêles, genévriers.

En règle générale, les plantes ont une échelle de pH relativement étendue, environ 1 point.
Indications de pH : Arbustes : 5 à 6.5 - Plantes de terre de bruyère : 4.5 à 6 -Pommiers, Poiriers : 6 à 7
La plupart des légumes se développent normalement dans une terre neutre ou légèrement acide.

Humus

L'humus joue un rôle très important. Il améliore la structure du sol en rendant plus légères les terres argileuses, et permet une meilleure tenue des terres sableuses. Il augmente la capacité du sol à retenir l'eau et les éléments fertilisants sous forme minérale. La culture d'engrais verts et l'apport de compost enrichissent le sol en humus.

Compost

Le compost fait maison, riche en matières organiques (MO), (mélange équilibré de matière organique végétale et de matière organique animale, fumier) : pour une brouette de 50 kg, on épandra 0.5kg au m2, soit les 50kg pour 100 m2. Il ne faut jamais enfouir le compost mais l'étaler sur la surface par petites couches.

Le pH n'est qu'un élément, la qualité du sol et sa fertilité sont également à analyser.

Vos résultats de pH

Et voici, les analyses de pH effectuées pour les adhérents de la SHBL,

Numéro adhérent suivant l'année et valeur du PH :

002/2009 : 6.3 - 004/2008 : 6.4 - 012/2009 : 6.5 - 013/2009 : 6.0
015/2009 : 6.5 - 016/2009 : 6.8 - 017/2009 : 6.7 - 020/2009 : 6.3
026/2008 : 6.4 - 027/2009 : 6.7 - 030/2008 : 5.8 - 031/2009 : 6.6
032/2009 : 5.9 - 033/2009 : 5.7 - 035/2009 : 6.9 - 038/2009 : 7.2
048/2008 : 6.8 - 050/2008 : 6.1 - 052/2009 : 6.3 - 053/2008 : 6.5
053/2009 : 6.7 - 054/2008 : 6.7 - 060/2009 : 6.7 - 061/2008 : 7.3
061/2009 : 7.0 - 062/2008 : 6.9 - 065/2009 : 6.6 - 066/2008 : 7.2
072/2008 : 6.4 - 078/2008 : 6.4 - 082/2008 : 6.7 - 100/2008 : 6.3
121/2008 : 7.2 - 123/2008 : 7.1 - 137/2008 : 7.2

 

Les terres analysées ont un pH qui se situe entre 5.7 et 7.3.
Ce qui donne :
- 16 sols acides - 10 sols légèrement acides
- 4 sols neutres - 5 sols légèrement alcalins.

La composition du sol

4 éléments entrent dans la composition d'une terre : le sable, l'argile, le calcaire et l'humus.

Quand leur proportion est harmonieuse, on parle de terre franche.
Terre franche : 60 à 70 % de sable, 10 à 15 % d'argile, 7 à 10 % de calcaire et 2 à 7 % d'humus.

Si l'un des 4 éléments est en quantité disproportionnée par rapport aux autres, on aura :
- une terre siliceuse : légère, peu consistante et absorbant rapidement l'eau. Elle est facile à travailler et se réchauffe vite au printemps mais elle se dessèche rapidement et est brûlante en été et froide en hiver. Il faut l'améliorer en lui incorporant, tous les ans, des engrais verts semés à l'automne et enfouis au printemps. Il faut lui apporter du fumier. Le sol doit être plombé après les semis.
- Une terre argileuse : lourde, épaisse et collante par temps humide. Elle est riche en potasse, retient l'eau et les engrais mais est difficile à travailler, froide et tardive. Il faut lui apporter de la tourbe, du sable, des cendres, pratiquer la culture d'engrais verts et apporter du fumier une année sur trois.
Dans ma commune, la terre est siliceuse et argileuse et dès le Haut Moyen Age, y prospérait l'industrie de la poterie.

Il y a, environ, 80 ans la région change d'aspect, la municipalité procède à une plantation massive de pins et de sapins. Aujourd'hui, il ne reste ni poterie, ni pin, ni sapin.
- Une terre calcaire : pierreuse, crayeuse, meuble, douce au toucher, blanche en été. Si on verse quelques gouttes de vinaigre, un bouillonnement se produit. Elle se travaille facilement, se ressuie bien et se réchauffe vite mais elle est brûlante en été et froide en hiver. Elle a besoin de tourbe acide, de fumier à petites doses et de compost de feuilles mortes et d'être protégée par un paillage en été.
- Une terre humifère : c'est un sol de sous-bois, forêt, de couleur noire, se ressuyant vite. Elle est facile à travailler toute l'année mais est pauvre en chaux, en phosphore et en potasse. Il faut lui apporter des amendements calcaires en fonction du pH et des engrais sans azote, le drainage est parfois nécessaire.

Plantes indicatrices

Quelques plantes indicatrices sur la nature du sol :

- ails (aulx), Allium : sol au potassium bloqué, sol compact.
- Bouton d'or et ficaire, Ranunculus acris et Ranunculus ficaria : sols humides.
- Chardon commun, Cirsium arvense : phosphore bloqué, excès de fumier, de purin, excès d'engrais.

- Gaillet grateron, Galium aparine : excès d'azote d'origine animale, excès de matière d'origine animale et végétale.
- Géranium dissectum et Geranium molle : excès d'azote minéral et de nitrates.
- Légumineuses comme les vesces : pH élevé, sol compact.
- Liseron des champs, Convolvulus arvensis : excès d'azote d'origine organique, excès de nitrate, sol compact.
- Morelle noire, Solanum nigrum : excès de nitrate et de potassium.
- Pissenlit, Taraxacum officinale : excès de matière organique d'origine animale, excès d'azote et de potassium, pH élevé, sol compact.
- Grand plantain, Plantago major : sol compacté, tassé, privé d'oxygène.
- Plantain lancéolé, Plantago lanceolata : indicateur d'un bon sol.
- Potentille rampante, Potentilla reptans : sols compacts, humides et asphyxiés.
- Renoncule des champs, Ranunculus arvensis : sols sans pesticides, pH élevé.
- Rumex acetosa, grande oseille : bon sol.
- Rumex, tous les autres espèces : sol très carencé, intoxiqué, compact, sans vie.
- Véronique à feuilles de chêne, Veronica chamaedrys : excès de carbone, carence en azote.

Un nouvel album photo. réunira les Plantes Indicatrices.
Pour les photo. de cette journée, prises par Stéphane, voir l'album photo Programme 2008.

Retrouvez tous les articles :

1ère partie : La rotation des culture, l'assolement, les familles de plantes.

2ème partie : Connaître sa terre, le pH, les plantes indicatrices. (ci-dessus)

3ème partie : Les besoins des légumes, nourrir le sol (NPK, engrais).

4ème partie : Le compost, cendres, décoctions, fumée, macérations et purins.

5ème partie : Les engrais verts.

6ème partie : les paillis, le paillage du sol en été.

7ème partie : Les bons et les mauvais voisinages ou les cultures associées.

8ème partie : De la couleur pour des légumes en pleine forme, la biodiversité.

 

Jardine-ment vôtre,

Kenavo,

Anne

Partager cet article

commentaires

lydie 08/12/2008

au debut je desirai tout planter!ensuite non! je nai pas  fait analyser mon terrain mais j ai observe la nature!et je me suis fiee aux arbres etc!et j ai ainsi pense autrement et au lieu de me battre j ai fait profil bas en suivant cette vegetation presente et en essayant de m adapter et j ai eu beaucoup de reussite   et a present ce qui reussit est multiplie a differents endroits du jardin aucun arrosage!impossible parfois de se battre contre des periodes dures sans y laisser de grosses plumes bonne continuation

Traduire Translate

Chercher dans le site

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog