Aubépine, épine blanche, Crataegus monogyna

Publié le 14 Février 2010

Aubépine – Crataegus (prononciation : kratégus)

Si belle, si bonne, mais si piquante aubépine, on te pardonne car au printemps, ta floraison est un enchantement et l'automne venu, tu nous fais don de tes fruits, les cenelles, si délicieuses en confiture.

Autour de chez moi, je peux admirer l'épine blanche ou aubépine à 1 style, Crataegus monogyna subsp. monogyna, de la Famille des Rosacées. L'épine blanche se rencontre partout en Bretagne, sur nos talus et dans nos bois. Elle se nomme spern gwen en breton (épine blanche). Voir plus de photo.

crataegus_monogyna_aubepine.jpg

 

Elle porte ce nom commun d'épine blanche, bois clair, pour la différencier de l'épine noire, spern du, le prunellier, Prunus spinosa, au bois noir. Les fleurs du prunellier apparaissent avant les feuilles, en fleur en mars 2009.

L'aubépine porte plusieurs autres noms communs suivant les régions : albépine, aubépine monogyne, blanche épine, cenellier, épine de mai, épine de mal, senellier, bois de mai, bonne de nuit, noble épine, perrette, sable épine, valériane du cœur.

Quelques variétés ornementales : 'Biflora', 'Compacta', 'Ferox, 'Flexuosa', 'Stricta' et 'Variegata'.

L'arbuste mesure environ 3 mètres de hauteur, et parfois plus. Il peut vivre très longtemps.

Son bois porte des piquants acérés. Ses feuilles sont très lobées, jusqu'à 7 échancrures arrondies. Feuilles et fleurs apparaissent en même temps.

crataegus monogyna 005

Ses fleurs, très odorantes, mellifères, apparaissent de mai à juin et portent 5 pétales, blanc ou rosé, une vingtaine d'étamines et un style. Pour certaines personnes, le parfum n'est pas agréable mais c'est comme le parfum des narcisses, odeur de pipi de chat pour certains. On aime ou on n'aime pas ; les goûts et les couleurs ne se discutent pas, n'est-ce pas.

Les fruits charnus et à "mouche" (reste de calice), rouge vif à maturité, n'ont qu'un seul noyau et portent les noms communs de : cenelles, poires à Bon Dieu, poires d'oiseau, poires du Seigneur, senelles.

Je récolte les cenelles après les premières gelées. Les fruits sont riches en vitamines C et B, en sucre et en pectine.

Toute la plante est bonne pour notre santé et ses noms communs l'attestent. C'est une plante protectrice.

Les feuilles et les bourgeons s'utilisent frais dans les salades de légumes. Les fleurs servent à faire des infusions, dans les pâtisseries, boissons et sirops. Les fruits se transforment en confiture, (confiture de cenelles et fève tonka) ou en compote. Autrefois, les baies étaient broyées et ajoutées dans la farine à pain. L'aubépine rentre aussi dans la confection de crèmes de beauté.

La plante protégerait de l'orage car elle n'est jamais frappé par la foudre.

L'aubépine maritime, Crataegus monogyna subsp. maritima, un temps, décrite, ne serait en réalité que l'espèce type.

L'aubépine épineuse ou aubépine à 2 styles, Crataegus laevigata, synonyme Crataegus oxyacantha, se rencontre très peu en Bretagne et je n'en ai jamais vu dans le Pays de Brest. L'arbuste porte des fleurs à 2 ou 3 styles, des feuilles moins lobées (de 3 à 5 échancrures pointues finement dentées). Ses fleurs sont toujours blanches et ses fruits rouges ont 2 à 3 noyaux.

Une dizaine de variétés existent pour l'ornementation, dont :

- 'Crimson Cloud' = 'Superba' : fleurs rouges à cœurs blancs, une immense nuage rouge au printemps, il porte bien son nom.

- 'Paul's Scarlet' = 'Coccinea Plena' : fleurs doubles rose foncé à rouge, peu épineux.

- 'Plena' = Flore Pleno' : fleurs doubles blanches.

- 'Rosea Flore Pleno' : fleurs doubles roses.

L'aubépine "tutti frutti" (je me permets de la nommer ainsi), le "sulcudus" a été créé par un greffeur original espagnol du nom de Miguel Sulcudor, jardinier à la ville de Vigo, dans les années 70. Imaginez sur un même arbre de Crataegus monogyna, poirier, néflier et aubépine. Toutes les branches de l'arbre sont différentes. On peut les admirer dans le Parc de Pontevedra en Galice. Des amateurs bretons l'auraient imité et nommé les arbres, soulcoudus. Paraît-il qu'il y aurait des soulcoudus en Bretagne ! Donc, amis jardiniers bretons, ce serait gentil de nous les signaler par le biais des commentaires, avec photo. à l'appui.

L'épine d'Espagne, Crataegus azarolus, au nom commun de azérolier, se rencontre en région méditerranéenne. On la reconnaît à ses feuilles laciniées, 3 à 5 lobes profondément échancrés. Elle fleurit blanc et ses fruits sont de plus grande taille.

On dit que ses fruits, les azeroles, sont les meilleurs, juteux et très goûtés et qu'ils se mangent frais. Mais il y a azérolier et azérolier, les purs et les hybrides, et tout le monde s'y perd un peu. Un article très intéressant à lire sur la variabilité des azéroliers.

De nombreuses autres espèces existent à travers le monde.

Mais hélas, pour notre malheur, les aubépines sont frappées par ce mal mystérieux qu'est le feu bactérien. Le responsable est une bactérie, Erwinia amylovora ; la plante se dessèche brusquement et meure.

Un arrêté de 1994 du Code Rural interdit le semis et la plantation d'espèces d'aubépines, seule la vente de variétés est autorisé.

L'aubépine sert de porte-greffes au néflier et au poirier. Seuls, les professionnels, déclarés auprès du SRPV, Service de la Protection des Végétaux, et munis d'une autorisation spéciale, sont habilités à semer et élever les différentes espèces d'aubépine dans le seul but d'en faire des porte-greffes.

Ce texte interdit notamment le semis et la plantation d’aubépine (Crataegus sp) non greffée, à l’exception des plantations destinées au greffage et réalisées dans des établissements de production déclarés auprès du SRPV. Afin de limiter la propagation de ces organismes, l’arrêté du 12/08/94, en application de l’article L251-8 du code rural, interdit la plantation et la multiplication de certains végétaux sensibles au feu bactérien. Lire l'arrêté complet.

En Bretagne, FEREDEC-BRETAGNE informe de la marche à suivre en cas d'attaque.

Où acheter des aubépines dans le Pays de Brest

Presque toutes les jardineries de la région proposent une ou plusieurs variétés d'aubépines. Dès le printemps, faites-en le tour et choisissez en fonction des coloris proposés.

Et n'oubliez pas, en vous promenant, prenez le numérique et ouvrez l'œil, un soulcoudus n'est peut-être pas loin.

Kenavo

Anne

Rédigé par Anne

Publié dans #Arbres-Arbustes, #Recettes - Cuisine

Repost 0
Commenter cet article

khedim rezki 11/04/2015 11:31

bonjour, chez mol en berbère du Djurdjura (kabyle) on l'appelle : admim au singulier et idmim au pluriel et ce pluriel est usité pour désigner l'espèce en général, en berbère Zénète (ouest algérien) on l'appelle tazgha et tizgha au pl. les petites baies sont appelées zaror et ziaror partout; ces petits fruits très nutritifs sont l'appanage des bergers qui s'en régalent sans soucis et en ramènent souvent le soir pour le reste de la famille, comme porte-greffe du poirier (toutes variétés) il est choyé depuis la nuit des temps pour sa rusticité, sa vigueur et la fertilité qu'il confère à son hôte, l'arôme et la saveur des fruits sont toujours extraordinaires ! il est aussi porte-greffe du cerisier et du prunier en plus du néflier .rezki khedim agriculteur Algérie rezkikhedim@yahoo.fr

SHBL 11/04/2015 15:28

Merci de votre intérêt

Anne 28/09/2010 23:49



C'est le moment de surveiller les aubépines si vous voulez faire de la confiture de cenelles. Il sera bientôt temps de les récolter.



Pour-un-monde-meilleur.over-blog.fr 18/02/2010 09:26


Bonjour =)

Je te laisse découvrir mon nouveau blog si le coeur t'en dis :

http://pour-un-monde-meilleur.over-blog.fr/

Amicalement

Miryam