Couleur au potager et Biodiversité

Publié le 13 Janvier 2010

8ème partie

Couleur au potager et biodiversité

De la couleur au potager pour des légumes en pleine forme, la biodiversité.

Des fleurs, dans le potager, l'agrémentent non seulement de couleurs mais ont aussi le pouvoir de protéger les légumes.

La lutte biologique permet d'éviter l'utilisation trop importante de produits pesticides. Les produits pesticides, s'ils tuent de nombreux ravageurs, tuent aussi les insectes auxiliaires présents dans le jardin.

Des pièges à phéromones, installés dans le potager et le verger, permettent le piégeage des insectes adultes comme le carpocapse, la teigne du poireau, la noctuelle, etc.

Chasser les ravageurs :

Certaines fleurs ont le pouvoir de repousser les ravageurs :

L'absinthe attire les pucerons et servira de garde manger aux coccinelles.

La belle-de-jour protégera efficacement les choux.

La bourrache éloigne les limaces.

La capucine attire les pucerons et ces derniers n'iront pas sur les haricots, les cornichons ou les choux. Semez des capucines naines au pied des tomates.

Le cerfeuil, la lavande, le thym et la sauge éloignent les fourmis et les pucerons.

La ciboulette, au pied des fruitiers, les protège de la gale.

Le fenouil éloignerait les escargots, placez des branches parmi les salades.

La fraxinelle éloigne les pucerons et divers insectes mais aussi les chats.

Des branches de genêts, posés sur le sol, entre les choux, éloignent la piéride du chou.

Le lin, l'ortie éloignent les doryphores de la pomme de terre.

La menthe protège efficacement les haricots et éloigne la piéride du chou.

La moutarde blanche, par simple contact des graines, nettoie le sol des nématodes, bactéries et autres champignons pathogènes.

L'œillet d'Inde et la rose d'Inde, par leur forte odeur, repoussent les nématodes. La tomate aime être entourée d'œillet d'Inde, ainsi que les poivrons et les concombres. Plantez-en dans la serre.

La phacélie : un engrais vert et un puissant désinfectant du sol.

Des aiguilles de pin feront un excellent paillis pour les fraisiers.

Les plantes aromatiques, par leur odeur, éloignent la piéride du chou.

Des morceaux de tige de rhubarbe, dans les trous de plantation des choux, limite le développement de la hernie du chou.

Le romarin, la sauge et le thym éloignent la mouche de la carotte et la piéride du chou.

La rue éloigne les insectes parasites. J'ai planté des rues en haie basse autour de mes carrés du potager. Les chats ne supportent pas l'odeur de la rue.

La santoline, la lavande, la menthe, en petits sachets, dans les armoires, chasseront les mites. Les mites sont des petits papillons que l'on voit voleter le soir et parfois dans la maison. Il faut les détruire aussitôt avant qu'ils ne pondent leurs œufs dans les lainages.

La sarriette ou herbe aux fèves est une excellente compagne pour les Fabacées.

Le souci, par son odeur, fait fuir de nombreux insectes et éloigne les nématodes.

Des feuilles de sureau étalées entre les rangs éloigneront les altises.

La tanaisie, au pied des arbres, éloigne les pucerons.

Le tournesol devient un tuteur pour les haricots ou les tomates.

La valériane officinale attire les vers de terre, ceux-ci aèrent le sol en profondeur.

Source de nectar :

D'autres plantes sont source de nectar à des insectes prédateurs de pucerons, quelques exemples :

La bourrache, très mellifère.

La mélisse favorise la production de miel.

Le persil et le souci attirent les syrphes.

La phacélie, très mellifère, attirent les abeilles, bourdons et papillons.

Le thym, très mellifère, attire abeilles et papillons.

Le trèfle, très mellifère, mais attention, dans un verger, ce sera au détriment des fruitiers. Pendant la floraison des fruitiers et pour une bonne pollinisation, tondez régulièrement, car les abeilles choisissent d'abord le trèfle et peuvent ignorer les fleurs des fruitiers.

Attirer les prédateurs, la faune dans le jardin :

C'est par la diversité des plantes dans le jardin que les oiseaux décident d'y venir, d'y rester et d'y vivre à demeure pour certains. C'est en hiver que l'on se rend le mieux compte de la richesse de la faune dans un jardin.

Pourquoi le hérisson vient-il passer l'hiver dans le jardin ?

Pourquoi les mésanges sont-elles si nombreuses dans le jardin ?

Pourquoi la chouette hulotte a-t-elle adopté le jardin ?

Pourquoi le geai reste-t-il dans le jardin ?

A chaque insecte, chaque oiseau, chaque animal, son arbre, sa plante, son habitat :

Installer des nichoirs dans le jardin, c'est bien ; mais si les oiseaux ne trouvent pas de quoi se nourrir, il y a de fortes chances que les nichoirs restant vides. Orientez les nichoirs vers l'est, mais les chauves-souris et les hirondelles préfèrent l'orientation sud.

Bannissez les pesticides qu'ils soient chimiques ou biologiques. S'ils tuent les pucerons, ils tuent aussi les coccinelles et autres insectes utiles.

Privilégiez la diversité florale par des haies variées (cornouiller, éléagnus, fusain, lierre, noisetier, rosier, saule, sureau, viorne, etc.).

Bannissez les massifs uniformes : moins de massifs de rosiers mais un massif de rosiers avec des plantes vivaces et d'autres arbustes fleurissant l'hiver.

Bannissez le plastique sur le sol : un talus couvert de lierre ou d'autres plantes fera le bonheur des oiseaux et autres petits animaux pour se nourrir et nicher l'hiver. Le lierre n'est pas un parasite puisqu'il puise sa nourriture dans le sol par ses racines et "si le lierre tue un arbre, il en sauve 500", propos emprunté à Gérard Ducerf, botaniste. Le lierre nourrie les abeilles par ses fleurs en automne et les oiseaux l'hiver par ses fruits.

Créez des refuges : tas de branchages, tas de pierres, paillis, points d'eau, nichoirs, zone naturelle, etc.

Offrez le boire et le manger, en installant des petits points d'eau peu profonds et en plantant des espèces de plantes le plus variées possible. Un oiseau mourra d'abord de soif avant de mourir de faim.

chauvesouris nichoir

Pour attirer la chauve-souris, la pipistrelle commune : lui offrir un gîte pour l'hiver. La nuit, elle peut dévorer de nombreux insectes. Les soirs d'été, elles s'activent au-dessus de nos têtes et c'est toujours un bonheur de les voir si nombreuses. C'est une espèce à protéger.

Pour garder la chouette hulotte, Strix aluco: lui offrir le gîte et le couvert. Les talus sont squattés par les mulots qui ne sont guère gênants si ce n'est l'hiver où ils investissent le hangar sachant qu'ils y trouveront de quoi se restaurer, des graines, des fruits, etc. Mais la chouette hulotte veille et pénètre dans le local par une petite ouverture, sous le toit, destinée aux hirondelles. Tous les soirs, nous écoutons ses hou ou ou et cela me rassure, elle est en bonne santé. C'est une espèce à protéger.

Pour garder le crapaud, Bufo bufo : un petit point d'eau pour qu'il puisse pondre, le reste du temps, il va et vient comme le hérisson. Il dévore insectes et mollusques. Je l'avais, il y a quelques jours, dans la main, mais j'ai oublié de faire une photo. C'est une espèce à protéger.

Pour garder le hérisson, Erinaceus europaeus, en hiver :

bebe herisson 

Un tas de bois, dans un coin protégé fera son affaire mais on peut aussi lui offrir une caisse retournée emplie de paille avec une petite ouverture. Il doit pouvoir entrer et sortir facilement du jardin, il faut pratiquer des petites ouvertures dans le cas d'un jardin entouré de grillages. C'est une espèce à protéger. Le grand prédateur du hérisson, c'est la voiture, donc l'homme. Le hérisson aime les escargots et les limaces. N'est-il pas chou ce bébé hérisson ?

taupe talpa

Acceptez la taupe, Talpa europaea : c'est un mammifère insectivore qui dévorent larves, limaces et lombrics et elle aère aussi le sol. Il est vrai qu'elle peut démolir entièrement une pelouse. Voyons les choses du bon côté en récupérant ces petits monticules de terre qui serviront au rempotage des pots. La taupe est un animal protégé en Allemagne. Si elle était protégée en France, que feriez-vous ? J'aime la taupe, elle a un pelage si doux. C'est certain que parfois elle m'énerve, surtout cet été. Je n'ai jamais eu autant de trous dans la pelouse.

Pour garder l'accenteur mouchet : des buissons bas, il a élu domicile dans un vieux camélia très compact.

Pour garder le geai : des chênes qui lui procurent gîte et couvert.

Pour garder les hirondelles : un endroit pour nicher. Elles disparaissent petit à petit de notre paysage ne trouvant plus d'endroits pour bâtir leur nid.

 hirondelles ouverture

L'hirondelle de cheminée niche à l'intérieur des bâtiments, ménagez-lui une ouverture (10x5cm) de mars à septembre pour qu'elle puisse circuler librement. L'hirondelle des fenêtres niche sous les toitures. Les deux espèces ont besoin d'eau et de terre pour faire leur nid. Une chatière a été installée dans le haut de la porte ; au printemps on retire la petite porte.

Pour garder le merle : un pommier d'ornement qui garde longtemps ses petites pommes rouges en hiver comme Malus Evereste.

Pour garder la mésange : à la belle saison, elle est friande de pucerons et de chenilles mais l'hiver des boules de graisse accrochées dans les rosiers grimpants lui sont nécessaires.

Pour garder la pie : de hauts arbres, elle niche depuis plus de 15 ans dans un pin noir d'Autriche.

N'oubliez qu'il est interdit de prélever des œufs dans les nids, les oiseaux (presque tous) sont des espèces protégées.

Pour attirer les coccinelles : des pucerons. Les larves comme les adultes sont friands de pucerons.

De nombreux insectes prédateurs très utiles : les chrysopes, les coccinelles, les perce-oreilles, les syrphes, les scarabées, le ver luisant ou lampyre (n'est pas un ver mais un insecte), les araignées, les mille-pattes, etc. Je n'ai pas de ver luisant dans le jardin, je les observe surtout dans le jardin de ma sœur à Lannion.

D'autres petites bêtes indispensables : les vers de fumier et vers de terre (les amis du jardinier), les cloportes (les spécialistes de la décomposition), etc.

Des insectes pollinisateurs indispensables : les volucelles (mouches), abeilles et bourdons.

La pollution lumineuse :

Autre source de pollution souvent oubliée : la lumière la nuit. En effet, les oiseaux et insectes nocturnes sont fortement dérangés par la pollution lumineuse nocturne, les chauves-souris, les chouettes et hiboux, les grenouilles, les hérissons, les papillons, vers luisants, etc.

La pollution lumineuse est évaluée par l'échelle de Bortle.

Ayez donc le réflexe d'éteindre toutes les lampes inutiles qu'elles soient allumées dans la maison ou au dehors. C'est un geste citoyen.

CONCLUSION : essayez de retenir ceci :

La plupart des herbes aromatiques sont mellifères et chassent les insectes nuisibles.

Des végétaux variés, une faune variée : c'est la biodiversité.

2010 : année de la Biodiversité.

 

Retrouvez les autres articles :

1ère partie : La rotation des culture, l'assolement, les familles de plantes.

2ème partie : Connaître sa terre, le pH, les plantes indicatrices.

3ème partie : Les besoins des légumes, NPK, amendements, engrais du commerce.

4ème partie : Le compost, cendres, décoctions, fumée, macérations et purins.

5ème partie : Les engrais verts.

6ème partie : les paillis, la couverture du sol en été.

7ème partie : Les bons et les mauvais voisinages ou les cultures associées.

8ème partie : De la couleur pour des légumes en pleine forme, la biodiversité.(ci-dessus)

 

A lire sur le Web :

un page intéressante à lire.

Bon jardinage
Anne

Rédigé par Anne

Publié dans #Au potager, #Amis Ennemis

Repost 0
Commenter cet article

Fanfan 24/04/2014 09:33

Bonjour,
Merci pour vos conseils très utiles, je mets dans mes favoris pour ressortir le moment venu.
Bonne journée
Fanfan