8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 21:31

Culture des pélargoniums, chapitre 9

Polliniser, semer, cultiver, bouturer, tailler et hiverner ses pélargoniums

La pollinisation et l'hybridation

La pollinisation naturelle des végétaux se fait soit par le vent, soit par les insectes. Mais la pollinisation peut aussi être artificielle, par l'intervention de l'homme, entre deux espèces de plantes du même genre par exemple ; on parle alors de pollinisation contrôlée. Les plantes issues des semences seront des hybrides.

En juillet, pendant la floraison, je choisis les parents du futur bébé :

  • le père, pour ses belles fleurs aux beaux coloris ou pour son feuillage original,

  • la mère, pour sa robustesse.

J'ai choisi pour père (Pelargonium 'Paton's Unique') aux fleurs si belles et pour mère (Pelargonium cucullatum), un costaud que je possède depuis de nombreuses années et qui passe les hivers dehors contre le mur exposé plein sud de la maison.

Début de matinée : sur la mère, je choisis une fleur qui ne s'est pas encore ouverte. Les pétales sont bien visibles et forment encore une sorte de tube. La fleur va s'ouvrir d'un moment à l'autre pour la première fois.

Je l'enveloppe d'un mouchoir en papier n'ayant pas de petits sachets spéciaux. Ces petits sachets laissent passer l'air, le mouchoir en papier aussi. Je mets un lien de sac poubelle pour maintenir le papier en place. Le papier forme un sac et la fleur aura de la place pour s'ouvrir entièrement.

L'après-midi, à travers le papier, je vois que la fleur est grande ouverte.

Fais comme l'abeille…

"Ô curieux, toi qui te fatigues et qui élargis ton activité à de nombreuses directions, va, je ne dis pas vers la fourmi, mais vers l'abeille et apprends-en la sagesse.

L'abeille ne se pose pas sur de nombreuses espèces de fleurs, etc.

De son exemple, apprends à ne pas écouter les diverses fleurs de paroles, les divers livres de quatre sous ; et ne quitte pas une fleur pour passer à une autre comme le font les difficiles qui feuillettent toujours les livres, critiquent les sermons, soupèsent les mots, mais n'arrivent jamais à la vraie science ; toi, en revanche, recueille dans un livre ce qui te sert et place-le dans la ruche de ta mémoire".

Saint Antoine de Padoue. Sermon du dimanche XI après la Pentecôte, n° 13.

Pardonnez cette digression. Revenons à nos moutons !

Il est temps de faire comme l'abeille, prélever du pollen sur mon beau 'Paton's Unique'. Je coupe les étamines dans une petite assiette. Bof, pas beaucoup de pollen, même en ayant pris sur plusieurs fleurs.

Sur le plant mère, j'enlève le sac en papier et je supprime les étamines très délicatement sans qu'elles ne touchent jamais le pistil. Il ne s'agit pas que la fleur s'autoféconde, tout serait perdu.

Avec un petit pinceau de maquillage, je sauproude la tête du pistil du pollen prélevé en insistant bien. Et re, je remets, le petit capuchon de papier avec son lien.

Il n'y a plus qu'à attendre qu'un fruit se développe. A ce moment là, je récolterai les graines.

Le semis de pélargonium

Pour être sûre de récupérer les graines, j'enveloppe la fleur dans un mouchoir en papier et j'attends l'automne pour les récolter.

Un fruit me donnera 5 graines. Chaque graine se termine par une vrille munie de longs poils blancs. Cette aigrette fait office de parachute.

Bien sèches, je les garde dans une enveloppe portant leur nom.

En janvier, dans une terrine, je pose les graines entières sur la terre et je recouvre de terre fine en me servant d'un tamis, d'une épaisseur de moins de 1cm. Je plombe la terre avec une petite planche de bois. J'arrose légèrement et je garde la terrine dans la maison sur un radiateur. La température doit être comprise entre 21 et 24°C. La germination prend de 10 à 21 jours.

Quand une vraie feuille est complètement formée, transplantez les plantules en godets. Je les entrepose près d'une baie vitrée pour un maximum de lumière. La température est de 17°C environ.

La culture des pélargoniums

La culture de certaines espèces est plus délicate, voire très difficile, que les cultivars ou espèces que nous connaissons bien.

Certaines entrent en repos en été, puis la végétation redémarre au début de l'hiver et elles fleurissent au printemps.

Certaines espèces disparaissent complètement en été, il faut donc bien marquer leur emplacement et surtout ne pas arroser, autant dire qu'il vaut mieux les cultiver sous abri.

La culture des Lierre et des Zonal est facile. Pour peu qu'ils aient du soleil, un arrosage régulier complété d'un apport d'engrais, ils grandissent et fleurissent abondamment tout l'été.

Il y a plus d'une vingtaine d'années, j'avais une très belle collection. Par une belle journée d'hiver plus chaude que d'habitude, j'avais ouvrir les aérations de la véranda. Et le soir, j'ai oublié de les fermer. Le lendemain matin, j'étais atterrée, je savais déjà que j'allais en perdre beaucoup et c'est ce qui arriva. Cette collection demandait 1 heure d'entretien chaque jour. Longtemps, je n'en ai plus voulu et puis, petit à petit, l'engouement est revenu et je craque à nouveau pour les pélargoniums, mais plutôt pour les espèces, hybrides d'espèces et anciens cultivars que pour les F1.

Le bouturage

La méthode la plus pratique est le bouturage mais tous les cultivars ou espèces ne s'enracinent pas facilement.

Les plantes à enracinement facile : Pelargonium capitatum, Pelargonium Fragrans, Pelargonium papilionaceum, Pelargonium tomentosum.

Parce qu'une vidéo vaut mieux que des mots.


BOUTUREZ VOS GÉRANIUMS, C’EST ÉCONOMIQUE ET... par TerreNature

La taille et l'hivernage des Lierre et Zonal

La taille intervient en septembre. C'est aussi le moment de faire de belles boutures. Une nouvelle floraison peut se produire.

La taille de fin de saison se fait juste avant de rentrer les pélargoniums. Une fois taillées, les plantes prendront moins de place. On taille donc tous les Lierre et les Zonal. Il ne faut pas hésiter à rabattre presque complètement les plantes. Puis on les stocke dans une pièce claire. On ne les arrose qu'environ 1 fois par mois et très légèrement, juste de quoi les maintenir en vie.

Au printemps, quand les gelées seront écartées, les sortir progressivement et reprendre les arrosages réguliers avec apport d'engrais une fois sur deux. On peut alors choisir de les planter en pleine terre.

L'hivernage des espèces et hybrides

S'ils étaient dehors durant l'été, les rentrer pour passer la mauvaise saison dans une pièce claire dans le séjour ou une autre pièce. Je les cultive comme des plantes d'intérieur en diminuant les arrosages toutefois.

Au printemps, on reprend les arrosages réguliers avec apport d'engrais une fois sur deux.

Idéal dans la chambre, 'Lady Plymouth' aurait la faculté d'éloigner les moustiques.

La floraison intervient dès le mois de mai.

Comment préparez ses plantes à passer l'hiver pour les retrouver bien vivantes au printemps, en vidéo.


Préparez les potées de géraniums à hiverner! par TerreNature

Création d'une jardinière

Au printemps, aménagement d'un bac à pélargoniums, en vidéo.


Aménagement d'un bac à géraniums par TerreNature

Retrouvez tous les articles sur les pélargoniums

1 – Introduction : pélargoniums et géraniums.
2 – Les pélargoniums Zonal.
3 – Les pélargoniums Lierre ou géranium-lierre.
4 – Les Regal, les Angel, les Stellar, les Formose, les Cascade, les Unique.
5 – Les pélargoniums odorants.
6 – Les pélargoniums, croisements et hybrides d'espèces.
7 – Les différentes espèces de pélargoniums.
8 – Les propriétés des pélargoniums.
9 – La culture des pélargoniums - lire ci-dessus.
10 – Maladies et ennemis des pélargoniums.
11 – Des liens vers des sites sur les pélargoniums.

J'aime les pélargoniums, et vous ?
Anne

Partager cet article

commentaires

Traduire Translate

Chercher dans le site

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog