Les propriétés des pélargoniums, chapitre 8

Publié le 7 Août 2012

 

Les propriétés des pélargoniums, chapitre 8

L'acide pélargonique

Les pélargoniums contiennent une subtance active, l'acide pélargonique.

L'acide pélargonique est la matière active naturelle des produits phytosanitaires de désherbage en agriculture bio. Cet acide a été extrait la première fois du pélargonium rosat, Pelargonium graveolens, mais il est également présent dans la rue, Ruta graveolens.

Vous aurez remarqué le terme "graveolens". Il veut dire "à odeur forte", "fétide" ou "qui sent mauvais".

C'est donc un produit naturel mais cela ne veut pas dire qu'il soit inoffensif pour autant. Quand je manipule ces plantes sans protection, sous l'effet du soleil, ma peau réagit aussitôt et de vilaines plaques noires se développent. Cette dermatite aiguë mettra bien 3 semaines pour s'estomper.

Les furocoumarines présentent dans le céleri, Apium graveolens, provoquent cette même dermatite.

On trouve l'acide pélargonique à la vente sous le nom de Désherbant Bio, sous diverses marques de fabricants.

Vérifiez bien que le produit ne contient que cette seule substance active.

L'acide pélargonique mélangé à d'autres substances, donne un produit hautement nocif qui ne peut plus avoir l'appellation Bio. Ainsi, en février dernier, le Conseil d'Etat a ordonné le réexamen du Round Up Express (ou Roundup 48 H) car il contient également du glyphosate.

Respectueux de l'environnement, l'acide pélargonique permet d'éliminer efficacement des plantes indésirables dans le jardin. Il est non toxique pour les abeilles, les vers de terre, etc. Il reste quand même un produit à manipuler avec précaution. Il faut donc se protéger intégralement : lunettes, masque et gants sont un minimum.

La teinture-mère de pélargonium

Certaines espèces de pélargoniums, comme le Pelargonium sidoides et le Pelargonium reniforme, sont utilisés comme plantes médicinales.

Une teinture-mère s'obtient en faisant macérer des plantes dans de l'alcool. La solution obtenue sert à soigner diverses affections suivant les plantes utilisées.

Les coumarines, substances extraites des racines de ces pélargoniums, servent à fabriquer des médicaments utilisés en cas de bronchite aiguë, de toux et autres affections respiratoires.

Recette de teinture-mère d'ortie

Parce que nous n'avons pas forcément les pélargoniums préconisés ci-dessus sous la main, je vous donne la recette d'une teinture-mère d'ortie, Urtica dioica, plante que tout le monde peut se procurer aisément.

L'ortie est riche en minéraux, silice et calcium, et en vitamines. Elle est tonique, dépurative, anti-infectieuse, diurétique et antirhumastimale. L'ortie soigne beaucoup de maux.

Alors, comme vous faites un purin d'ortie pour soigner vos plantes, faites-vous donc une petite cure d'ortie, cela ne vous fera que du bien.

Faire soi-même une teinture-mère d'ortie :

30 g d'ortie, du cognac (40°) ou un bon vinaigre de cidre (7%), 1 flacon opaque muni d'un compte-gouttes. J'achète mes flacons opaques en pharmacie.

Lavez, séchez et hâchez fin les plantes. Pesez 30 g.

J'utilise du vinaigre de cidre parce que le vinaigre (tous les vinaigres) est bon pour la santé.

Dans 5 cl de vinaigre ou d'alcool, pilez les morceaux suffisamment longtemps pour obtenir du jus.

Versez le jus obtenu, et seulement le jus, dans le flacon, fermez, étiquetez et datez.

Attendez 10 jours pour vous en servir.

Dans un verre d'eau, comptez 15 gouttes et buvez.

Vous pouvez fabriquer des teintures-mères avec toutes sortes de plantes, selon l'usage que l'on veut en faire. Attention à bien suivre la recette pour chaque plante donnée.

L'huile essentielle de pélargonium

Les pélargoniums, comme Pelargonium citrosum, sont particulièrement riches en huile de citronnelle. Cette huile agit comme un répulsif et éloignerait les moustiques. Mais il semblerait que la protection soit toute relative et qu'il vaut mieux, en présence de nombreux moustiques, porter des vêtements amples et longs.

Et la nuit : Rien ne vous empêche de cultiver des pélargoniums dans votre chambre. J'ai testé, j'avais quand même un p... de moustique qui allait et venait au-dessus de ma tête. Un seul moustique m'empêche de dormir, alors, rien ne vaut la moustiquaire.

A essayer : 2 à 3 gouttes d' Huile Essentielle de géranium rosat sur un coin de votre oreiller pour chasser les moustiques.

Les huiles essentielles (HE) du pélargonium rosat, Pelargonium graveolens, sont extraites des feuilles, des fleurs et des tiges. Les poils glanduleux, appelées trichomes glanduleux, sécrétent les substances odoriférantes dans de microscopiques capsules. Quand on froisse une feuille entre deux doigts, ces capsules éclatent et libèrent le parfum.

L'extraction de l'huile se fait de deux façons : à froid ou par distillation à la vapeur.

De petits guides pratiques d'Huiles Essentielles sont souvent distribués en pharmarcie.

Bien acheter une huile essentielle :

Tout d'abord, achetez une bonne huille essentielle en vérifiant la composition. La mention "H.E.B.B.D.", (Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie), doit être inscrite sur le flacon.

Puis le genre botanique exact suivi de l'espèce et parfois de la variété.

exemple : Pelargonium graveolens

Ensuite le nom commun en français : Géranium rosat.

Figurent encore, la partie de la plante utilisée et sa provenance, les noms et adresse du fabricant, la durée de validité, et différentes indications d'usage.

Dans les grandes surfaces, on trouve une certaine marque proposant de l' HE de géranium plus que douteuse car le flacon ne porte pas la mention obligatoire HEBBD et le nom d'espèce inscrit n'existe pas. On ne sait donc pas vraiment ce qu'il y a dans le flacon.

Dernière petite précision par un exemple : on n'achète pas de l'HE de citronnelle ; on achète de l'HE de Cymbopogon nardus. La distinction est très importante car si vous ne faites pas attention, on peut vous vendre n'importe quoi pour de la citronnelle de Ceylan. Il faut donc savoir exactement ce que l'on veut et bien vérifier son achat.

Une HE de géranium rosat, pour quel usage ?

Pour la peau après la douche par exemple. C'est une excellente huile essentielle pour la peau. Dans un flacon opaque, diluez 5ml d'HE de géranium rosat dans 100 ml de jojoba. A utiliser régulièrement après la douche, pour apaiser une brûlure ou sur une plaie cicatrisée. "Parce que nous le valons bien" !

J'utilise l'huile de jojoba. Cette huile, qui ressemble plus à une cire, est extraite des graines du jojoba, Simmondsia chinensis, un petit arbre originaire des Etats-Unis. Cette huile laisse la peau sèche, sans trace de gras.

J'utilise aussi de l'huile d'argan (ou huile d'argane). Elle est extraite des noix de l'arganier, Argania spinosa. Vérifiez que l'huile est certifiée BIO, AB par Ecocert.

Autres huiles végétales que vous pouvez utiliser suivant votre type de peau : huile d'amande douce, huile de noyaux d'abricot, huile de bourrache, huile de macadamia, huile d'onagre, huile de rose musquée et aussi de l'huile d'olive. Toutes ces huiles sont non siccatives, c'est-à-dire que, laissées à l'air libre, aucun film ne se forme à leur surface.

Attention quand vous achetez une huile d'amande douce à bien vérifier qu'elle ne contient vraiment que de l'huile d'amandes douces ; parfois elle est coupée avec de l'huile de tournesol ou autre, alors, méfiance.

Les Huiles végétales semi-siccatives comme l'huile d'arachide et l'huile de tournesol peuvent être utilisées occationnellement. L'huile laissée à l'air libre, un film se forme après un certain moment.

Par contre, les huiles siccatives comme l'huile de lin, l'huile de ricin, l'huile de noix, sont fortement déconseillées ; elles sont utilisées en peinture. Un film se forme rapidement. Les siccatifs sont toxiques pour la peau.

Le danger des Huiles Essentielles

Recommandations : Les HE sont des produits à manipuler avec précaution. Ainsi avant de l'utiliser, faites un essai dans le pli du coude 48H à l'avance. Les HE ne conviennent pas aux jeunes enfants ni aux femmes enceintes. De même, les Huiles Essentielles doivent être tenues hors de portée des enfants.

Les Huiles Essentielles ne sont pas des huiles comme on l'entend à propos des huiles employées pour la cuisine. Les huiles de cuisine sont de vraies huiles mais pas les huiles essentielles. Voici ce qu'écrit Marie Laforêt (dans son livre "Mes petites Magies", aux Editions Michel Lafon) à propos des HE :

"C'est une mauvaise approche. Et un mensonge : ces liquides, d'une grande volatilité, extrêmement concentrés, sont beaucoup plus puissants que des alcools, n'ont rien à voir avec des tisanes, encore moins avec des huiles. Esprit serait un mot plus juste. Ame. Venin est le terme exact."

Et je suis entièrement d'accord avec ces propos. Attention: Les HE peuvent être très dangereuses si elles sont utilisées à mauvais escient. Il faut toujours respecter les dosages préconisés. Les HE sont classées "substances dangereuses" depuis 2007 par le REACH.

Législation sur les huiles essentielles :

L'article D4211-13 du Code de la Santé Publique précise que seuls les pharmaciens sont autorisés à vendre les HE ci-dessous: grande absinthe (Artemisia absinthium L.) ; petite absinthe (Artemisia pontica L.) ; armoise commune (Artemisia vulgaris L.) ; armoise blanche (Artemisia herba alba Asso) ; armoise arborescente (Artemisia arborescens L.) ; thuya du Canada ou cèdre blanc (Thuya occidentalis L.) et cèdre de Corée (Thuya Koraenensis Nakai), dits "cèdre feuille" ; hysope (Hyssopus officinalis L.) ; sauge officinale (Salvia officinalis L.) ; tanaisie (Tanacetum vulgare L.) ; thuya (Thuya plicata Donn ex D. Don.) ; sassafras (Sassafras albidum [Nutt.] Nees) ; sabine (Juniperus sabina L.) ; rue (Ruta graveolens L.) ; chénopode vermifuge (Chenopodium ambrosioides L. et Chenopodium anthelminticum L.) ; moutarde jonciforme (Brassica juncea [L.] Czernj. et Cosson).

Page sur l' HE de géranium rosat à consulter avec plein de recettes.

Retrouver tous les articles sur les pélargoniums :

1 – Introduction : pélargoniums et géraniums.
2 – Les pélargoniums Zonal.
3 – Les pélargoniums Lierre ou géranium-lierre.
4 – Les Regal, les Angel, les Stellar, les Formose, les Cascade, les Unique.
5 – Les pélargoniums odorants.
6 – Les pélargoniums, croisements et hybrides d'espèces.
7 – Les différentes espèces de pélargoniums.
8 – Les propriétés des pélargoniums – lire ci-dessus.
9 – La culture des pélargoniums.
10 – Maladies et ennemis des pélargoniums.
11 – Des liens vers des sites sur les pélargoniums.

J'aime les pélargoniums, et vous ?
Anne

Rédigé par Anne

Publié dans #Vivaces-Annuelles-Bulbeuses

Repost 0
Commenter cet article